Comme promis lors des élections présidentielles françaises de 2017, la mise en place d’une réforme 100% santé est lancée. Cette réforme consistera à faciliter l’accès aux soins médicaux de première nécessité. Le but est de répondre à tous les besoins en matière de santé nécessaires à savoir bien entendre, bien voir, soigner son hygiène bucco-dentaire. L’ensemble de ces soins serait donc totalement pris en charge par la Sécurité Sociale et les complémentaires santé. Cependant, on constate étonnamment qu’une partie de la population française ne bénéficie pas de complémentaire santé. Cela constitue un vrai problème pour la réforme 100% santé, censée être bénéfique pour tout le monde.

Les véritables bénéficiaires de la réforme santé

En France, la population accorde une grande importance aux questions portant sur la santé. Cet état de fait a poussé le gouvernement à mettre en place une réforme sur la santé. En effet, le 3 décembre 2018, l’assemblée nationale a adopté un projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Ce projet s’articule autour du financement de la Sécurité sociale et de la mise en place d’une réforme 100% santé. La réforme 100% santé consiste principalement à garantir les soins auditifs, optiques et dentaires. Celle-ci doit en théorie assurer le remboursement de certains produits et interventions trop coûteux. Cela signifie une prise en charge de 75 % de la sécurité sociale et de 25% des mutuelles des patients.

De ce fait, l’objectif principal de cette réforme est de permettre aux plus démunis de bénéficier des premiers soins médicaux. Pourtant, c’est bel et bien les plus démunis qui sont susceptibles de ne pas pouvoir recevoir ces soins. Le fait est, qu’environ 5% de la population française ne possède pas de complémentaire santé par faute de moyens. C’est donc près de 5% de la population qui ne pourra bénéficier de la réforme 100% santé. La réforme santé n’est donc plus vraiment 100%. Elle ne pourra être profitable qu’à ceux qui pourront disposer de complémentaire santé.

La couverture santé des populations précaires

Au départ, la réforme 100 % santé devait être profitable à toute la population et permettre une prise en charge de certains soins médicaux. Seulement, dans les faits elle semble inaccessible à un grand nombre de personnes au sein de la population. Près de 3 millions de personnes en France sont encore dépourvues de complémentaire santé. Il s’agit des personnes précaires qui disposent d’un faible revenu, les chômeurs, les inactifs ainsi que les travailleurs précaires. Le panorama des complémentaires santé a pu confirmer cette situation. On comptabilise 16 % de chômeurs non couverts, 9 % de personnes au foyer et 3 % des retraités et salariés.

En effet, les études de la DRESS ont prouvé que le marché des complémentaires santé ne cesse de baisser depuis quelques années. On remarque la disparition de 1228 organismes de complémentaires santé en 16 ans à cause des mouvements de fusions et d’absorptions. Ces organismes de complémentaires santé accordent plus de priorité à la satisfaction des 95 % de personnes déjà couvertes.

Les autorités françaises, conscientes de cette situation, n’ont pas oublié les populations en situation de précarité. Le gouvernement met en place diverses solutions et dispositifs publics pour couvrir la santé de ces populations. Grâce au contrat collectif, environ 9 salariés sur 10 sont aujourd’hui couverts en santé. Près de 5,5 millions de personnes sont couvertes par la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C). La réforme d’Aide au paiement d’une Complémentarité Santé (ACS) est désormais bénéficiée par 1,2 millions de personnes.

Tous les dispositifs sont pris en compte pour apporter une assurance santé à tous, y compris les personnes qui ne possèdent pas de complémentaire santé.

Author

Écrire Un Commentaire